unes

Echec Interdit!

uneLa Grande Chancelière Henriette Diabaté & le Président OuattaraAFP

30/05/2011

Pour un dialogue inclusif et non précipité

Le nouvel homme fort de Côte d'Ivoire, qui avait annoncé la mise en place d'une «commission justice et réconciliation» pendant la campagne électorale, a déjà lancé le chantier. L'ampleur des massacres qui ont émaillé la crise postélectorale de la dernière présidentielle a sans doute précipité les choses.

Ils étaient nombreux à souhaiter la création d'une commission chargée de réconcilier les Ivoiriens suite aux violences qui ont émaillé la vie politique de leur pays depuis la chute du président Henri Konan Bédié en 2000 jusqu'à la guerre qui a finalement porté Alassane Dramane Ouattara au pouvoir. Ils ont sans doute été surpris par la célérité avec laquelle le nouvel homme-fort de Côte d'Ivoire a engagé le chantier. Alors que les canons tonnaient encore principalement dans le quartier Yopougon d'Abidjan, livré à des miliciens téméraires et que des rues de nombreuses localités du pays étaient encore jonchées des cadavres des victimes des affrontements armés qui ont conduit à la capture de son prédécesseur, le président Ouattara a désigné le futur président de la «Commission dialogue et réconciliation».